Ave Maria de Lourdes

Album

Les célèbres Ave Maria de Lourdes et de Fatima, et autres Ave Maria, interprétés de diverses manières par Gilbert Chevalier (aveugle).


INTÉGRALITÉ DES AVE MARIA, voir ici :
1- en vidéos : http://www.youtube.com/watch?v=WyYheo2z9OY&list=PLkkHVphgJH9aNesOerQCbAn80qsyGHuO2
2- en audios : http://fr.gloria.tv/?album=9385

**************************************************************

AVIS AUX INTÉRESSÉS

Étant soumis à la censure populaire
Qui n'a aucune raison de s'arrêter là,
Si quelqu'un est intéressé par mes vers
Ou quelqu'autre production qui manquerait là
Du fait qu'elle aurait été supprimée,
Qu'il me le dise et je la lui enverrai.

l'Aveugle-Vendéen

*************************************************************

AVIS IMPORTANT du 11 mars 2014 :

Un agent xénophobe de facebook m'effaçant systématiquement les audios et vidéos mises dans cette page, vous pouvez en retrouver la totalité :
1- dans la Playlist "AVE MARIA" : http://www.youtube.com/watch?v=WyYheo2z9OY&index=2&list=PLkkHVphgJH9aNesOerQCbAn80qsyGHuO2
2- http://fr.gloria.tv/?album=9385

Gilbert CHEVALIER
l'Aveugle-Vendéen

NOTE du 13 mars 2014 :

J'ai réussi à faire réapparaître tout ce que le pirate m'avait rendu invisible.

NOTE du 25 mars 2014 :

Le pirate est revenu et m'a de nouveau rendu invisibles plusieurs de mes publications que je ne puis du coup rendre visibles. Les choses resteront en l'état tant que la direction n'aura pas mis ordre à l'affaire.

**************************
Lettre envoyée à la direction :

Comme je vous l'ai signalé antérieurement, quelqu'un de chez vous rend plusieurs de mes publications invisibles sur mes pages. Comme de bien entendu, je n'ai eu aucune réponse de votre part et vous n'avez pas remédié à la chose.

Je vous demande donc de tout rétablir.

En attendant, je prends acte de cette discrimination.
D'ailleurs, j'ai dénoncé publiquement la chose.
De plus, je ne sais même pas si ce courrier vous parviendra.
Je me réserve donc le droit de faire ce qui est de droit en temps opportun.

Gilbert CHEVALIER
le 22 mars 2014

*****************************************************************
L'OISEAU BLEU

http://fr.gloria.tv/?album=6975&media=497941

Écoutez, bons chrétiens
Une histoire charmante
Qui vous fera du bien.
Un moine dans sa cellule
Vivait très pieusement.
Un compagnon charmant
Volait comme une bulle
Quand de sa voix plaignante
Il chantait des Ave.
Et à force d'entendre
Si belle mélopée,
L'oiseau s'en fût apprendre
La même mélodie
Qu'il siffla tout d'abord
Et puis après reprit,
Sifflant toujours plus fort.
Il furent bientôt deux
Chantant l'Ave Maria,
Le moine et l'oiseau bleu :
Ainsi le temps passa.
Un matin de printemps,
Le bois reverdissant,
L'oiseau prit son envol
En chantant des Ave !
Le moine émerveillé
Voulut suivre son vol :
Il ne le put, bien sûr !
Cela lui fut bien dur
De voir que son oiseau
Volait toujours plus haut.
Soudain un épervier
Fondit sur l'imprudent
Qui fut tout enserré !
Comme désespérant
Il siffla son Ave !
Et tomba l'épervier
À ce nom si charmant,
Et l'oiseau s'en fut voler
Plus haut tout en chantant,
Puis vint se reposer
Sur la tête chenue
De son maître ingénu,
En sifflant des Ave
Avec grande gaîté.
Le moine levant la main
Le prit tout doucement :
Tous deux dans un refrain
Chantèrent doucement
Un Ave Maria
Pour rendre gloire à Dieu
Qui par ce chant sauva
Le petit oiseau bleu.
Si un oiseau fut sauvé
En chantant un Ave,
Bien plus nous sauvera
Un Ave Maria !

http://fr.gloria.tv/?album=9137&media=549203

l'Aveugle-Vendéen
(25/03/2014)

Le Ciel ouvert par les 3 Ave Maria
http://www.montfort.kingeshop.com/Le-Ciel-ouvert-par-la-pratique-des-3-Ave-cbdababwb.asp

****************************************************************

LE CANTIQUE DE PROCESSION

I- LES 60 COUPLETS D'ORIGINE

1- L’heure était venue,
Où l’airain sacré,
De sa voix connue,
Annonçait l’Ave.

R./ Ave, Ave, Ave Maria ! (bis)

2- D’une main discrète,
L’ange, la prenant,
Conduit Bernadette
Au bord du torrent.

3- Un souffle qui passe
Avertit l’enfant
Qu’une heure de grâce
Sonne en ce moment.

4- Sur Massabielle,
Son œil voit soudain
L’éclat qui révèle
L’Astre du matin.

5- C’est un doux visage,
Rayonnant d’amour,
Qu’entoure un nuage
Plus beau que le jour.

6- Son regard s’inspire
D’un reflet divin,
Mais un doux sourire
Dit : « Ne craignez rien. »

7- Elle a la parure
D’un lys immortel ;
Elle a pour ceinture
Un ruban du ciel.

8- On voit une rose
Sur ses pieds bénis,
Fraîchement éclose
Dans le Paradis.

9- On voit un rosaire
Glisser dans sa main,
Et de la prière
tracer le chemin.

10- L’âme palpitante,
Le cœur enivré,
L’heureuse Voyante
Répétait : « Ave ! »

11- L’extase s’achève,
Le monde revient ;
L’enfant se relève
Disant : « À demain ! »

12- Avant chaque aurore,
Son cœur en éveil
Par soupirs implore,
L’heure du réveil.

13- « Mère de la terre,
Ne défendez pas
D’aller voir la Mère
Qui paraît là-bas ! »

14- « Elle était si belle !
Je veux la revoir.
Que désire-t-elle ?
Je veux le savoir. »

15- Colombe fidèle,
Elle prend l’essor,
Vole à tire d’aile
Au nouveau Thabor.

16- « Ô Dame chérie,
Que demandez-vous ?
Parlez, je vous prie,
Et dites-le nous ! »

17- « Avec vos compagnes,
Venez quinze fois
Près de ces montagnes
Écouter ma voix. »

18- « Enfant généreuse,
Je vous le promets,
Vous serez heureuse
Au ciel pour jamais. »

19- « Si vous êtes bonne,
Le monde est méchant :
Il ne me pardonne
de vous voir souvent. »

20- « Le savant s’offense
De votre bonté ;
Je n’ai pour défense
Que la vérité. »

21- Près de la Voyante,
Au lever du jour,
La foule croyante
Se rend tour à tour.

22- La pauvre bergère,
Comme un séraphin,
Du ciel à la terre,
Franchit le chemin.

23- La voilà ravie
Dans cette beauté
Que le temps envie
À l’Éternité.

24- De son blanc visage
Les traits allongés
Vers la sainte image
Semblent emportés.

25- Pendant sa prière
Brille sur son front
La pure lumière
De la Vision.

26- Le peuple fidèle
Admire à genoux
De l’aube éternelle
Le reflet si doux.

27- « Qu’avez-vous, Madame,
Murmura l’enfant.
D’où vient que votre âme
Est triste à présent ? »

28- « Que faudra-t-il faire
Pour tarir vos pleurs ? »
- « Prier, dit la Mère,
Pour tous les pécheurs. »

29- « Je veux qu’ici même,
En procession,
Le peuple qui m’aime
Invoque mon nom. »

30- « Que d’une chapelle,
Le marbre béni
Aux âges rappelle
Mon séjour ici. »

31- Ô profond mystère
D’un profond amour !
Faut-il qu’une mère
Trahisse à son tour ?

32- Deux fois Bernadette
Vient aux lieux aimés :
Deux fois sur sa tête
Les cieux sont fermés.

33- « Ô Dame clémente !
Ne savez-vous pas
Qu’à votre Voyante,
On livre combat ? »

34- « Enfant prends courage
Et bannis l’effroi :
Il faut que l’orage
Éprouve la foi. »

35- « Elle m’est rendue.
Elle reparaît.
Je goûte à sa vue
Un nouvel attrait. »

36- « Vision chérie,
Source de douceurs,
Mettez, je vous prie,
Comble à vos faveurs. »

37- « On demande un gage
À votre bonté :
Rendez témoignage
À la vérité. »

38- « Que sur cette épine
Et que sous vos pieds
Une fleur divine
Pousse à l’églantier. »

39- Par un doux sourire
Accueillant ces vœux,
Elle semble dire :
« Je donnerai mieux. »

40- La fleur éphémère
Se dessèche et meurt ;
Le Cœur d’une Mère
N’est point cette fleur.

41- « À cette fontaine
Allez maintenant :
L’eau dont elle est pleine,
Voilà mon présent. »

42- L’enfant prend sa course
Vers l’eau du torrent :
Un signe, à la source
Ramène l’enfant.

43- Ses doigts, de la terre
Déchirent le sein ;
D’humide poussière
Elle emplit sa main.

44- Fontaine de vie,
Qui peut désormais
De ton eau bénie
Compter les bienfaits ?

45- « Et Vous dont la terre
Admire le don,
Céleste Étrangère
Quel est votre nom ? »

46- « À votre servante
Qui prie à genoux,
À votre Voyante,
Le cacherez-vous ? »

47- Au Cœur de sa Mère,
Quatre fois l’enfant
D’une humble prière,
Fait monter l’accent.

48- Paraît cette fête,
Où de Gabriel
L’Église répète
L’Ave solennel.

49- La Beauté rayonne
D’un nouveau reflet :
La Vierge abandonne
Son dernier secret.

50- À sa bien-aimée,
L’Apparition,
De l’IMMACULÉE
Prononce le nom.

51- Sainte Messagère,
Remontez aux cieux ;
Et de notre terre
Portez-y les vœux !

52- Vous vouliez du monde,
Et de tous côtés,
Il vient, il abonde,
Il est à vos pieds.

53- Salut, ô vallée,
Ô trône d’amour,
Où l’Immaculée
A pris son séjour !

54- Avec son image,
Avec ses bienfaits,
Ta grotte sauvage
N’est plus sans attraits.

55- La fontaine y coule
Sans jamais tarir ;
Ainsi vient la foule
Sans jamais finir.

56- Pieux sanctuaire,
Tu les vis présents,
De la France entière
Les nobles enfants !

57- La voûte sacrée
Depuis ce grand jour,
De chaque contrée
A vu le retour.

58- Du trône de grâce
On sait le chemin,
Le pèlerin passe
Et passe sans fin.

59- Heureux qui voyage
En ces lieux bénis !
On y prend passage
Pour le Paradis.

60- Astre salutaire,
Que votre rayon,
Nous mène à la terre
De la Vision.


************************

II- LES 60 COUPLETS DU CENTENAIRE

1- Ô Vierge Marie,
Le peuple chrétien
À Lourdes vous prie :
Chez vous il revient.

R./ Ave, Ave, Ave Maria ! (bis)

2- Chantons votre histoire
Dans votre Cité :
Du haut de la gloire
Daignez l’écouter.

1ère apparition : 11 février 1858

3- Un jour Bernadette
Ramasse du bois
Avec deux fillettes
Qui pleurent de froid.

4- Jusqu’à Massabielle
L’enfant veut passer ;
Mais elle est si frêle,
Comment traverser ?

5- Le froid l’a saisie,
Un bruit la surprend ;
Mais sur la prairie
Ne souffle aucun vent.

6- Le fond de la roche
S’éclaire à l’instant :
La Dame s’approche,
Fait signe à l’enfant.

7- La blanche apparence
Paraît à ses yeux
Comme une présence
Qui parle de Dieu.

8- Avec la parure
D’un lys immortel,
Elle a pour ceinture
Un ruban du ciel.

9- Au pied de sa Mère,
L’enfant qui la voit,
Apprend à bien faire
Le signe de croix.

10- Les grains d’un rosaire
Couraient dans sa main
Et de la prière
Traçaient le chemin.

11- Longtemps Bernadette,
Devant le rocher,
Joyeuse, répète
Le chant de l’Ave.

12- « Elle était si belle,
Comment la revoir ?
De moi que veut-elle ?
Comment le savoir ? »

2e apparition : 14 février 1858

13- Elle est revenue
Sans dire son nom ;
L’enfant tout émue
A peur du démon.

14- D’un geste rapide
L’eau sainte a jailli :
À l’enfant timide
La Dame a souri.

3e apparition : 18 février 1858

15- « Vous êtes venue,
À Lourdes chez nous ;
Pauvresse inconnue.
Qui suis-je pour vous ? »

16- « Venez, je vous prie,
Ici, quinze fois,
Avec vos amies
Entendre ma voix. »

17- « Enfant généreuse,
Un jour, je promets,
De vous rendre heureuse
Au ciel, à jamais. »

La quinzaine des apparitions :

18- La foule croyante
Revient chaque jour,
De l ’humble voyante
Guettant le retour.

19- Ses yeux s’illuminent,
Son front a pâli,
Car elle devine
Un monde infini.

20- Le peuple fidèle
Pressent qu’aujourd’hui
Une ère nouvelle
Commence pour lui.

21- La Dame est partie,
Comment la revoir ?
L’enfant éblouie
Conserve l’espoir.

22- Deux fois la Bergère
Revient pour prier :
Aucune lumière,
Au roc n’a brillé.

22 février 1858 :

23- « On dit qu’à la Grotte
J’ai tout inventé ;
Ma mère sanglote,
On veut m’arrêter. »

7e apparition : 23 février 1858

24- La Dame inconnue
Bientôt reparaît :
L’enfant à sa vue,
Retrouve la paix.

25- « Sachez que l’orage
Un jour passera,
Que votre courage,
Plus fort reviendra. »

8e apparition : 24 février 1858

26- L’enfant la supplie :
« Que dit votre Cœur ? »
- « Je veux que l’on prie
Pour tous les pécheurs. »

27- Avec insistance
La Dame, trois fois,
A dit : « Pénitence ! »
Chrétien, c’est pour toi !

28- « Mangez l’herbe amère
Qui sort du limon,
Et, dans la poussière
Courbez votre front. »

9e apparition : 25 février 1858

29- « À cette fontaine
Venez et buvez ;
Dans l’eau pure et saine
Allez vous laver. »

30- Le Gave tout proche
L’attire un instant :
Un signe, à la roche
Ramène l’enfant.

31- Tandis qu’elle creuse,
Bientôt elle voit
Jaillir l’eau bourbeuse
Du sol dans ses doigts.

32- Ô source de vie
Qui rends la santé,
Fontaine bénie,
Comment te chanter ?

13e apparition : 2 mars 1858

33- « Je veux qu’ici même,
Au pied de ces monts,
Le peuple que j’aime
Vienne en procession. »

34- « Et qu’une chapelle
Bâtie en ce lieu,
Aux hommes rappelle
Qu’il faut prier Dieu. »

35- « Allez dire aux prêtres
Le vœu de mon Cœur :
Allez le soumettre
À votre pasteur. »

36- Le prêtre réclame
Un signe parlant :
« Quelle est cette dame ?
Son nom, je l’attends. »

37- « Demande pour gage,
A dit le pasteur,
Qu’au rosier sauvage,
Il pousse une fleur. »

14e et 15e apparitions :

38- Avec un sourire
Accueillant ce vœu,
La Dame veut dire :
« Je donnerai mieux. »

16e apparition : 25 mars 1858

39- La terre est en fête :
Dieu vient nous sauver ;
L’Église répète
Le chant de l’Ave.

40- « Ô vous dont la terre
Admire le don,
Quel est le mystère
De votre saint nom ? »

41- Trois fois la Bergère
Refait humblement
La même prière :
La Dame l’entend.

42- Marie à la terre
Livre son secret,
Par cette bergère
Que tous ignoraient.

43- Vierge Immaculée,
En vous nous croyons,
Enfin révélée
Par votre vrai nom.

17e apparition: 7 avril 1858

44- Le cierge qui brûle
Épargne ses doigts ;
Survient l’incrédule
Qui doute et qui croit.

18e apparition: 16 juillet 1858

45- La Vierge fidèle
Revient, mais se tait :
Elle est bien plus belle
Alors que jamais.

Le jugement de l’Église :

46- Fidèle au message,
L’Église a parlé,
Rendant témoignage
À la vérité.

47- « Marie est venue
Chez nous, dix-huit fois :
L’enfant qui l’a vue
Est digne de foi. »

Les pèlerinages :

48- La foule innombrable,
Depuis ce grand jour
Revient, inlassable,
Chanter son amour.

49- La grotte où l’on prie,
Dispense la paix ;
C’est là que Marie
Répand ses bienfaits.

Le pèlerinage d’aujourd’hui :

50- On voit la fontaine
Couler sans tarir
Et la foule humaine
Passer sans finir.

51- Aux grâces nouvelles
Sachons obéir,
Car Dieu nous appelle
À nous convertir.

52- On dit son Rosaire,
On vit dans la foi ;
Avec vous, ô Mère,
On porte sa croix.

53- Le Dieu qui pardonne
Absout le pécheur :
La grâce rayonne
Au nom du Sauveur.

54- Sans cesse, ô Marie,
Au Christ menez-nous :
Le Dieu de l’Hostie
Triomphe chez vous !

55- Nos croix sont bien lourdes
Quand Dieu est lointain :
La grâce de Lourdes
Est notre soutien !

56- Avec tous les nôtres,
Dans notre cité,
Soyons les apôtres
De paix, d’unité.

Dernière prière :

57- Salut, ô Marie,
Le Fils du Dieu Saint,
Qui vous a choisie,
Bénit votre sein.

58- À l’heure dernière,
Pour nous, les pécheurs,
Veuillez, Sainte Mère,
Prier le Sauveur.

59- Ô Vierge Marie,
Vivons dans l’espoir,
Après cette vie,
Au ciel de vous voir.

60- Que votre louange
Redise sans fin
Le chant que l’Archange
Apprit aux humains.

Source : http://www.montfortajpm.sitew.fr/#.H (vidéo 238)

*****************************************************************

VISITE TOURISTIQUE GRATUITE
À CONSOMMER SANS MODÉRATION

Sept pages pour votre service
Sont sur le "book" en service.
"Gilbert Chevalier aveugle"
https://www.facebook.com/pages/Gilbert-Chevalier-aveugle/706205179404011
Est le titre de la première,
Et si vous n'êtes pas aveugles
Vous n'y verrez aucune verrière,
Mais seulement audios et vidéos
Dont la moitié est manquante
Par le fait d'un souriceau
Qui est venu ronger la brocante.
"Ave Maria de Lourdes"
https://www.facebook.com/pages/Ave-Maria-de-Lourdes/354335154708472
Est la seconde pour vous plaire ;
Et si cela ne vous plaît pas
"Ave Maria de Fatima"
https://www.facebook.com/pages/Ave-Maria-de-Fatima/394815277328705
Tâchera de vous complaire ;
Mais si vous avez la main lourde,
Continuez votre chemin
Sur les "Paroles de Saints"
https://www.facebook.com/pages/Paroles-de-Saints/604657689628690
Qui vous feront du bien
Malgré les numéros manquants
Par le fait du même gredin
Dont je vous parlais à l'instant.
Ce monsieur a visité
Et aussi dénuméroté
Mes "Poèmes" que vous lirez
https://www.facebook.com/pages/Poèmes/499846413458109
Afin de le constater.
Continuons notre voyage
Par l'avant-dernière page
Savoir "Intégral Montfort"
https://www.facebook.com/pages/Intégral-Montfort/1387770574781018
Qui subira le même sort
Certainement de ce chenapan,
Ce tuileur itinérant.
La visite se termine
Comme il se doit par "L'antéchrist"
https://www.facebook.com/pages/Lantéchrist/258184667683267,
Le patron de cette vermine
Qui me lit en rigolant,
En se léchant les babines,
Caché au milieu des touristes,
Et en passant il a planté
Mes vidéos tout à loisir
Qu’on ne peut plus regarder
Sur cette "face" avec plaisir.
Et soyez bien assurés
De mes salutations distinguées.

l'Aveugle-Vendéen
(07/03/2014)